"Pas à Pas"....Sous-bois sous la neige

Publié le par Leroux Jacques

 P1100040

Cette photo a été prise en janvier 2010 dans la forêt de Montgeon au Havre.

S'il est conseillé de travailler "sur le motif" pour parfaire la perception dans le "réel" du sujet et développer ainsi notre technique, utiliser une photo (que l'on a pris soi-même) pour travailler en atelier est tout aussi intéressant .

Ce qui m'a intéressé, ce sont les ombres portées des troncs et des branchages sur la neige, avec, au fond, les arbres éclairés par le soleil d'hiver. Les couleurs sont chaudes. Seules les ombres bleutées amènent l'effet de froid.

La composition repose sur l'ombre de l'arbre au premier plan. C'est le chemin qui conduit le regard vers le fond de la forêt comme une invitation à la promenade.  

 L' aquarelle qui fait l'objet de ce "pas à pas" est réalisée sur un papier grain fin (300 g) de marque "Artistico" fabriqué par "Fabriano" 30.5 x 40.5.

Il existe une multitude de papiers "aquarelle" dont le poids au mètre carré varie de 150 à près de 800 g dont la texture va du "chiffon" au "satiné" en passant par le grain fin. Chacun peut trouver le support qui lui convient en fonction du rendu souhaité. Au dessous de 300 g, il est nécessaire de fixer le papier sur un support avant de commencer le tableau pour éviter qu'il reste gondolé après séchage. Il est aussi possible de travailler sur des blocs de 12 à 20 feuilles (voire plus chez certains fabricants) collées sur 4 côtés. Le grammage (à ma connaissance) ne dépasse pas 300 g. Ce type de bloc est très pratique pour travailler sur le motif.

 Pour cette aquarelle, j'ai utilisé les couleurs suivantes : l'ocre jaune, le jaune indien, le cramoisi alizarine, le rouge anglais, la terre de Sienne, le bleu outremer et le bleu de cobalt.

 Première étape

 P1100041

 

 

 

 

 

 

Préparer le papier sur un panneau de contreplaqué en le collant à l'aide d'un adhésif destiné à l'emballage. Je ne mouille pas aupararvant, le grammage du papier (300 g) lui permet de retrouver son état initial après séchage.

P1100032

 

 

 

 

 

 

 

Effectuer un dessin préparatoire au crayon et déterminer les zones d'ombres. Cette méthode me permet de juger de l'équilibre des valeurs et de la composition globale.

Deuxième étape

P1100033

 

 

 

 

 

 

 

Mouiller la feuille. Laisser le papier absorber l'eau. Le papier gondole légèrement. Etendre un jus d'ocre jaune, de jaune indien et de cramoisi (à petite dose). Pour éviter que les pigments ne s'accumulent dans les creux, manier la planche afin de faire circuler les couleurs de manière à peu près homogène.

Sécher puis renforcer l'ocre jaune sur les arbres éclairés par le soleil.

Troisième étape

  P1100035

 

 

 

 

 

 

Peindre les ombres de la forêt en suivant le crayonnage du dessin et laisser quelques réserves de blanc sans utiliser la gomme qui a tendance à figer le trait.

L'opération nécessite de mouiller les zones concernées pour intervenir en "mouillé sur mouillé" avec un mélange de bleu outremer et de rouge anglais et un soupçon de cramoisi.

Au fur et à mesure de l'avancement du travail, il sera utile d'assombrir certaines parties basses de la forêt et de peindre quelques ombres sur les arbres colorés.

Après avoir séché l'ensemble, renforcer par un jaune indien la teinte des arbres éclairés.

 Quatrième étape

P1100039

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouiller la partie basse de l'aqaurelle. Laisser sécher quelques minutes puis renforcer la coloration de la neige par des jus successifs d'ocre jaune, de jeune indien et un peu de cramoisi.

Avec un mélange de bleu outremer et de cobalt, de rouge anglais et un soupçon de terre de Sienne, peindre les ombres portées des arbres de la forêt, puis celle de l'arbre au premier plan.

Puis faire apparaître des ombres plus diluées figurant celles des branchages des arbres plus éloignés.

Cinquième étape

Sécher l'ensemble puis procéder à quelques ajustements :

- Renforcer quelques ombres de la forêt,

- Renforcer encore le jaune de certains arbres,

- Jeter un jus d'ocre jaune et de jaune indien sur la forêt, puis de bleu cobalt.

  (Avant séchage, passer avec vigueur plusieurs coups de chiffon afin de créer des   zones de couleurs imprécises qui vont traduire la complexité des ramures et des ombres),

- Créer des lumières avec des gouttes d'eau propre qui seront séchées à l'aide du chiffon.

Laisser sécher naturellement l'ensemble sans enlever l'adhésif. Les ombres et les lumières structurent la dynamique de cette peinture.

Il me semble qu'elle invite à la promenade avec en prime une bataille de boules de neige si l'on a pas oublié ses gants. Le rouge anglais réchauffe l'outremer et la cohabitation avec l'ocre jaune permet de marcher dans la neige sans craindre le froid avec de bonnes chaussures toutefois !

Il existe bien sûr de multiples manières de faire de l'aquarelle... Celle-ci en est un exemple.

C'est aussi, comme pour chacun d'entre nous, une "écriture" singulière.

P1100042 (2)

 

"Pas à Pas"....Sous-bois sous la neige

Publié dans Sur le motif

Commenter cet article