Petit séjour à Belle Ile

Publié le par Leroux Jacques

Février n'est pas la bonne période pour mettre un peintre dehors. Quelques jours à Belle-Ile avec du soleil encore timide, quelques nuages et un vent d'est entre 0 et 5° permettent de s'installer chaudement vêtu plusieurs quarts d'heure en plein air avec un matériel allégé.

 

Il est aux alentours de 17 heures à Sauzon, les bars du port restent désespérement fermés. L'activité est au plus bas. Les touristes sont rares. Peu de monde sur le port...

Le lendemain, le soleil est là. L'occasion de faire une petite halte à la Pointe des Poulains. Sarah Bernardt y avait aménagé dans les années 1920 un château pour recevoir ses amis. Il ne reste plus de traces de la bâtisse, elle a été détruite lors de la seconde guerre mondiale.

Un musée sera édifié dans un fortin à quelques mètres du rivage. Il est en cours de réhabilitation et permettra aux visiteurs de refaire connaissance avec la grande actrice de théâtre du début du siècle dernier. Sur la photo ci-dessous, on distingue les échafaudages à contre jour.

   

 Le souvenir de Sarah Bernhardt  reste très vivace dans la mémoire des habitants de l'île surtout les plus âgés. Elle aidait souvent les personnes les plus en difficulté. Mais son château fut aussi un lieu de fêtes qui devaient défrayer les chroniques locales. Elle faisait laver son linge qu'elle ramenait de Paris par malles entières et le confiait aux blanchisseuses de l'île, estimant que les parisiennes étaient des incapables. Tout près de sa demeure, l'actrice avait loué une bâtisse avec une vue imprenable sur Quiberon. Elle y logeait l'un de ses amis peintres.

 

 

 

Publié dans Sur le motif

Commenter cet article