29ème salon artistique de Manéglise

Publié le par Jacques Leroux

Comme chaque année, la municipalité de Manéglise a organisé son salon artistique les 14 et 15 octobre 2017. Un thème était proposé aux peintres : la lecture. Une photo de Buster Keaton des années 20 montre l'artiste en train de lire, son regard tourné vers le côté droit. Son expression est neutre mais il me semble que dans le portrait que j'ai réalisé, transparaît un certain agacement !

Quelques mots sur cet acteur/réalisateur américain des premiers temps du cinéma

Buster Keaton est né en 1895 dans le Kansas. Ses parents présentaient un numéro d'acrobatie auquel le jeune garçon fut associé pour former le groupe " Les Trois Keaton". A chaque représentation il se faisait piétiner, jeter par terre, ou servait de punching-ball... C'est à cette dure école qu'il apprit l'importance du rythme dans le comique, l'endurance physique et surtout la nécessité de "geler" toute manifestation d'émotion.

Sa première apparition à l'écran date d'avril 2017 dans "Fatty Butcher". En 1918 il fut enrôlé dans l'armée  où il passa 7 mois à distraire les troupes américanes envoyées sur le front français. Il réalisa plusieurs courts métrages entre 1920 et 1923 dont  " Malec champion de tir", "Malec chez les fantômes", "Malec chez les forgerons",... A partir de 1923, il réalise des longs métrages dont le "La croisière du navigateur" en 1924, "Le mécano de la générale" en 1926 ou encore "Le figurant" en 1929.

Sa personnalité à la fois tragique et comique fait de lui le plus fascinant des grands comédiens du muet. Dans ses rôles, il entreprend de rétablir l'ordre naturel des choses sans se départir de son masque impassible. Il détourne les objets à ses propres fins comme par exemple dans le film "la croisière du navigateur" : il transforme une chaudière en chambre à coucher ! Au cours des années trente, il est à noter que les plus grands films de Keaton furent des échecs commerciaux alors que les comédies qu'il interpréta pour la MGM firent d'énormes recettes.

Durant les 20 années qui suivirent, il eut à subir la médiocrité, les petits rôles, les gags à écrire pour des comédiens sans doute moins créatifs que lui. Au début des années cinquante, il travailla avec Billy Wilder dans "Boulevard du crépuscule" puis avec Charlie Chaplin pour "Les feux de la rampe". Il travailla ensuite pour la télévision (publicité et diverses émissions) tandis que le public redécouvrait ses films. En 1960, il reçut un oscar et, à Paris, la cinémathèque lui consacra une rétrospective qui enthousiasma le public. En 1965, il fut ovationné par le public du festival de Venise pour l'ensemble de son oeuvre. Il se retira à Los Angelès où il mourut en février 1966.

 Source : www.cinetom.fr

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article